Horizon Nautique

La mer, les bateaux et le nautisme

1MA2-Seychelles - 728x90.gif
                Voyages Auchan: des locations à partir 90 € !                    Voyages Auchan: des séjours à partir de 149€

 

Retours sur l'arrivée de Franck Guichard sur Gitana11Retours sur l’arrivée de Franck Guichard sur Gitana11

Yann Guichard commençait à trouver le temps long et l’épreuve difficile. Ce marin d’envergure dit s’être senti fatigué surtout lorsqu’il n’avait plus de nourriture à bord.

Yann Guichard (Gitana 11) à son arrivée à Pointe-à-Pitre en quatrième position nous dit que le passage de la ligne a été une délivrance et qu’il a pris le temps de réfléchir durant les derniers jours.

Franck Guichard a perdu 6 heures au large, dès le départ, en faisant route vers le sud. La météo n’était pas prévisible et il a pourtant fallu faire un choix. C’est à ce moment qu’on constatait déjà une avance de Français Joyon (Idec) sur Franck Guichard de Gitana 11 et qu’il était impossible de le rejoindre.

Parfois les conditions météos n’ont pas été faciles : des grains, des vents peu soutenus. Le Gitana 11 est un bateau très léger qui a failli se retourner plusieurs fois mais Franck a fait ce qu’il fallait pour rester en compétition.

Franck Guichard raconte qu’il n’a jamais pris autant d’orages en toute une vie de course au large et qu’il a dû se prendre 50 ou 60 orages sur la figure. Les conditions étaient terribles car la nuit était sans lune et il pouvait naviguer sous des grains à 40 nœuds avec le bateau qui s’envolait. Dans ces conditions météo, Franck nous dis qu’il ne savait absolument pas quoi faire !

Pour gagner, il fallait une météo adaptée aux capacités du Gitana 11. Les bateaux des 3 premiers champions n’avaient rien à voir avec celui de Franck Guichard, le concept était différent.

En effet, dans une météo identique, le Gitana 11 de Franck Guichard devait être sous-toilé par rapport aux autres, au risque de perdre le contrôle du bateau. Le Gitana 11 avait ses atouts, mais les conditions météo ne lui ont pas permis de les exploiter.

Cette transat était difficile sur ce bateau, surtout dans le golfe de Gascogne où il dit : « il ne fallait pas que j’attaque trop. Il y avait du vent et surtout de la mer. C’est un bateau bas sur l’eau, très tendu de flotteur. Je l’avais déjà abîmé à l’entraînement comme ça. Donc j’ai préféré lever le pied. Mais c’est vrai que c’est un bateau sollicitant. Comme il est léger, il faut tout le temps changer de voilure dès que le vent monte ou baisse. Ça m’a fait faire beaucoup de manœuvres. »

Le marin dit avoir trouvé le tour de l’île très sympa : « Il y avait beaucoup de monde. Ça fait chaud au cœur. Je pensais qu’en arrivant quatrième, deux jours après le vainqueur, j’allais me retrouver tout seul, mais là il y a plein de monde, c’est génial. C’est vraiment une belle aventure. »

Malgré un vent peu soutenu aux abords de l’île puis une absence totale de vent après le canal des Saintes puis une petite risée, Franck a pu retrouver, dans la joie un public très chaleureux sur l’île de la Guadeloupe.

Durant les trois derniers jours sans vent, Franck dit n’avoir fait que dormir et manger. Pour cause, il avait passé vécu un rythme très dur avec quatre nuits sans dormir !

A l’arrivée, c’est une délivrance pour Franck Guichard. 3 vainqueurs sont déjà là : Franck Cammas (Groupama 3) est le 1er, Francis Joyon (Idec) 2ème et Thomas Covilles sur Sodeb’O.

Cette expérience de la Route du Rhum est une première en solitaire pour Franck Guichard. Il dit que c’était « un jeu sympa avec les copains ». Franck Cammas (Groupama 3) est parti comme une fusée donc un peu absent mais la course a été intense avec Francis Joyon (Idec).

Franck nous raconte que Groupama 3 allait aussi vite que lui, voire un peu mieux dans le petit temps et nous dit avoir perdu un peu confiance en voyant qu’il allait presque plus vite que Gitana 11 alors que le petit temps était habituellement un atout pour lui.  Franck Cammas a fait ce qu’il devait faire : « exploiter au mieux son bateau, ses capacités physiques et sa trajectoire» et c’est ce qui lui a d’ailleurs permis de faire cette superbe course.

L’image forte que Franck Guichard (Gitana 11) retient, c’est le départ avec tous ces bateaux. Le navigateur dit avoir même regardé les oiseaux sur le site Internet pendant qu’il était en course. Cette Route du Rhum 2010 a été un vrai spectacle, un vrai challenge et pour ce qu’il a vécu, il souhaite y revenir : « J’ai un goût d’inachevé, mais j’ai vraiment pris du plaisir du début à la fin même si c’était chaud. »

Vous aimerez aussi :

Partagez cet article

Laisser un commentaire

*

Pecheur.com-250x250

En images