Horizon Nautique

La mer, les bateaux et le nautisme

1MA2-Seychelles - 728x90.gif
                Voyages Auchan: des locations à partir 90 € !                    Voyages Auchan: des séjours à partir de 149€

Francis Joyon: enfin arrivé à Point à Pitre en tant que 2ème vainqueur de cette Route du Rhum 2010!

Le navigateur est content d’arriver et se sent bien. Il indique avoir eu des difficultés à faire le tour de l’île à cause du faible vent. En effet, le navigateur a dû tirer des bords pour faire le tour.

Sur la fin, Francis a vraiment trouvé le temps long. Il faut dire qu’il a connu pire en 1990 où il avait dû mettre 18 heures pour arriver. Francis a trouvé cette transatlantique 2010 difficile, notamment sur l’aspect physique de la course car il estime qu’il faut vraiment être à fond tout le temps et que piloter un trimaran, ça revient à être en action dans une salle de muscu 24h/24 avec en plus, un effort cérébral pour conserve la stratégie de navigation.

Cela représente effectivement beaucoup de choses à gérer, en même temps. Le navigateur de l’Idec indique avoir rapidement compris que Franck Cammas possédait un bateau ultra-performant, évoluant dans une autre dimension que celle du nautisme.
Franck Cammas prenait dès le 1er jour, 100 milles nautiques d’avance. Les ambitions de Francis Joyon s’amenuisaient en voyant la réussite de son concurrent mais à ce jour, il se satisfait malgré de détenir la 2nde place dans cette ultime victoire.

L’accueil qui lui est réservé pour cette 2eme place à Point à Pitre est chaleureux: les gens et lambiance semblent fantastiques. Cette transatlantique est pour le navigateur un vrai retour en course après des années à tenter de nouveaux records.

Francis indique que : « la Route du Rhum, c’est presque plus fatiguant que d’aller chercher des records. A certains moments, c’était plus dur qu’un record. J’ai passé au moins quatre nuits blanches totales. En record, on arrive toujours à trouver un peu de sommeil.

En course, quand il y a des candidats collés à soi, il faut vraiment être à bloc. » Du côté de la vie à bord, selon ses dires : « il faut être fou pour venir naviguer sur ces machine.

Il faut avoir une case mal rangée quelque part je pense ! Mais on ne peut pas modifier ce qu’on a dans la tête, il faut vivre avec.

J’ai trouvé le moyen à travers le multicoque d’assumer mes défauts… » Avec l’aide de son correspondant Météo, Francis Joyon avait choisi au départ, l’option du passage par le sud pour revenir aux côtés de Groupama 3 mais qui s’est avérée inquiétante car l’annonce de faibles vents pour l’arrivée n’était pas prévue.

Il indique avoir perdu confiance surtout au moment où il est resté, dès le début, en arrêt pendant 8 heures de suite, dans une forte houle. Houle, qui a d’ailleurs beaucoup endommagé son bateau. Francis Joyon a conservé cette 2ème place dès le moment où son choix s’était porté sur la route Sud, laissant l’opportunité à Thomas Coville de faire mieux de son côté.

Vous aimerez aussi :

Partagez cet article

Laisser un commentaire

*

Pecheur.com-250x250

En images