Horizon Nautique

La mer, les bateaux et le nautisme

1MA2-Seychelles - 728x90.gif
                Voyages Auchan: des locations à partir 90 € !                    Voyages Auchan: des séjours à partir de 149€

Qu’est ce qu’une ancre ?

Une ancre est un élément lourd, souvent constitué de métal, permettant d’immobiliser un bateau à un endroit précis en mer.

Il existe 3 types d’ancre:

  • L’ancre permanente
  • L’ancre flottante
  • L’ancre provisoire

Cet article développera essentiellement le type d’ancre provisoire.

L’ancre permanente:

Celle-ci correspond à un point d’ancrage fixe et durable sous l’eau ou hors d’eau.

Le point d’ancrage peut-être un anneau scellé dans un bloc de roche, un bloc de béton ou un objet lourd immergé et enfoui dans le sable ou la vase.

Il existe aussi des points d’ancrage permanents que l’on appelle ‘vis à sable’. Leur forme permet un vissage profond dans le sable ou la roche avec une cheville à insérer avec un outil pneumatique.

L’ancre flottante:

Une ancre flottante est un sac en toile ou en nylon en forme de parachute. Il est fixé le plus souvent sur l’arrière pour ralentir la dérive du bateau ou pour couper progressivement son ère.

Si le fond est trop important, il est plus intéressant d’utiliser une ancre parachute. Elle permet d’atténuer le phénomène de roulis ou de tangage.

Par mer formée, l’ancre flottante est très pratique pour ralentir un bateau dont les superstructures sont soumises au vent et qui le font se déplacer plus rapidement que la dérive des courants marins.

Pour assurer un comportement optimal du bateau, la longueur du cordage (appelé aussi ‘ligne’, ‘orin’ ou ’bout’) doit mesurer entre 10 et 15 fois la longueur du navire.

Ce type d’ancre doit pouvoir être remonté à bord aisément, et ce en toute sécurité.

L’ancre provisoire:

Sa forme et son poids sont des critères importants dans la tenue du bateau car elle doit s’adapter à des fonds de tous types (vaseux, sableux, algueux) et retenir le bateau.

Les courants marins et le vent sur les super-structures du bateau auront tendance à exercer une poussée sur le bateau et à le faire se déplacer. L’ancre aura donc pour but de contrarier la force qui s’exercera sur lui et devra retenir le bateau soit par un phénomène d’accrochage sur le fond soit grâce à son propre poids.

L’ancre provisoire est un élément constituant la ligne de mouillage, embarquée à bord du bateau. Elle se compose d’un manche (appelé ‘verge’) et d’une pelle pointue permettant l’accrochage sur le fond. Selon le fond sur lequel on mouille (dit ‘mettre l’ancre’ en marine) et le type d’accroche souhaité, la forme de la pelle peut changer et c’est ce qui explique les multiples modèles d’ancres, vendus sur le marché.

La dernière partie de cet article (‘Les règles pour bien fabriquer une ligne de mouillage’) vous exposera ces différents modèles et leur usage.

Attention, il faut choisir une ancre capable de se retirer aisément du fond.

Qu’est ce qu’une ligne de mouillage ?

La ligne de mouillage est constituée soit uniquement d’une chaîne soit d’un cordage côté bateau et d’une chaîne côté ancre, d’un émerillon, d’une manille et d’une ancre (élément terminal que l’on jette au fond de l’eau).

ligne_mouillage

Elle est l’élément le plus important de votre bateau lorsque vous quittez votre embarcation, en mer.

Le mouillage à sa plus haute importance dans les cas de figures suivants :

  • Vous débarquez l’équipage sur une île ou une roche et vous laissez votre bateau en mer.
  • Vous mouillez dans une crique et vous dormez à bord.
  • Vous mettez l’ancre sur un spot de plongée et personne ne reste à bord.

Ces situations vous laissent imaginer ce qu’il pourrait se passer si votre bateau venait à dériver, pour soit s’abattre sur une roche soit disparaitre à la dérive…

Il faut donc choisir avec prudence son type de mouillage et ne pas oublier qu’il ne faut négliger aucun composant de votre ligne de mouillage car la sécurité de votre bateau et de votre équipage reposent sur l’élément le plus faible de celle-ci !

Attention donc à surveiller, de temps en temps, l’état de vos maillons de chaine usés, des torons abîmés du cordage et des manilles sous-dimensionnées, etc…

La principale caractéristique d’une bonne ligne de mouillage est de jouer un rôle d’amortisseur entre le fond et le bateau.

C’est cette notion d’amortisseur qu’il faut retenir avant tout et elle s’obtient en privilégiant la longueur d’un mouillage plutôt que le seul poids de l’ancre.

Avec un une ligne de mouillage ‘tout chaîne’, l’inconvénient est qu’elle peut s’avérer difficile à remonter du fond et à être très lourde à transporter sur l’embarcation… Si votre bateau et votre budget le permettent, prévoyez un guindeau électrique !

Les règles pour bien fabriquer une ligne de mouillage

  1. Si le pays où vous naviguez impose une réglementation particulière, il faut s’y référer et la respecter !
  2. Dans les autres cas, vous pouvez utiliser les conseils suivants ainsi que la grille ‘conseil’ proposée par Plastimo:

L’ancre

Elle est soit plate soit à soc de charrue, et de différents matériaux.

Les ancres peuvent être soit lourdes (acier glavanié, fonte, Inox, manganèse) soit légères (alliage ou aluminium) et peuvent être soit forgées et soudées soit moulées d’une pièce (casse possible sur celle-ci).

Voici une grille des différents modèles d’ancre :

L’ancre à plateau (FOB, Fortress, Brittany, Danforth)

ancre-plateau

 

Elle est souvent utilisée pour sa bonne tenue sur sols sableux ou vaseux et sa facilité de rangement. En revanche, cette ancre aura tendance à ‘planer’ sur les tapis d’herbiers ou les roches. Cette ancre est, malgré tout, peu onéreuse et très pratique au rangement. Elle constitue d’ailleurs aussi une excellente ancre secondaire.

L’ancre Soc de Charrue (Delta,CQR)

ancre-soc-de-charrue-1ancre-soc-de-charrue-2

Cette ancre possède une très bonne tenue sur fonds sableux, vaseux ou sur des tapis d’herbiers. Cette ancre accroche très bien et ne dérape pas. L’ancre Delta, grâce à sa forme, se plante et s’enfonce très bien quand le bateau exerce une force à l’opposé d’elle-même.

La particularité supplémentaire de l’ancre CQR est qu’elle possède un point d’accroche très bas  et donc une très bonne tenue dans toutes les directions grâce à la charnière reliant la verge à la pelle mais c’est aussi cette charnière qui l’a rend peut-être aussi plus fragile.

L’ancre à forme dérivée (Spade, Claw ou Bruce, Brake, Bügel, Rocna)

ancre-forme-unique-spadeancre-forme-unique-bruce

L’ancre à forme dérivée est une variante de l’ancre Soc de charrue. Souvent fabriquée d’une seule pièce, sa rigidité assure une meilleure stabilité dans la zone d’évitement mais peuvent rompre, sous la traction transversale sur la verge de l’ancre.

L’ancre Spade agit comme une ancre Delta mais elle a la faculté supplémentaire de s’enfoncer encore plus grâce à des bords de pelle refermés.

L’ancre Claw ou Bruce est de forme très particulière agissant à la fois comme un soc de charrue mais aussi comme un grappin. Cette ancre ne décroche pas du fond dans le cas d’évitement et s’aligne lentement dans l’axe du bateau.

L’ancre Brake (en acier galvanisé ou Inox) est aussi une variante de soc de charrue. Elle est issue d’une conception faite par ordinateur. Sa forme étudiée lui permet de descendre rapidement sur les fonds et de très bien accrocher sur tous types de fonds. Cette ancre n’est pas facile d’accès car la plus chère des ancres provisoires mais à l’avantage d’être garantie à vie !

Les ancres Bügel et Rocna sont des ancres à pelle pointue qui percent correctement les tapis d’herbiers et possèdent un arceau sur le dessus de la pelle leur permettant de se positionner sur les fonds sans augmenter le poids de celles-ci.

L’ancre à bascule

ancre-a-bascule

L’ancre à bascule est utilisée sur de gros navires. L’ancre à bascule travaille aussi bien sur fonds sableux grâce à ses palettes que sur fonds rocheux grâce à son poids et sa robustesse.

Les ancres à Jas

ancre-jas

Les ancres à jas sont les ancres d’anciens navires et ne sont pas trop utilisés sur les bateaux de plaisance, à cause de leur poids important. Cette ancre assez lourde fonctionne très bien sur les fonds rocheux mais peu sur les fonds de sable. Le jas à la faculté de mettre l’ancre en position verticale et à augmenter l’accroche sur le fond.

Les ancres grappin

ancre grappin-1ancre-grappin-2

Les ancres grappins sont des ancres employées sur des embarcations légères (pneumatique, kanöes, Kayak, etc…). Elles peuvent servir d’ancre secondaire pour immobiliser le bateau dans une zone ou servent à mouiller sur des épaves.

Les ancres champignon

ancre-champignon

Cette ancre porte son nom de sa forme et ne fonctionne que par son poids en agissant comme une ancre permanente (corps mort) et ne possède aucune fonction d’accroche. Cette ancre très lourde reste transportable par de gros navires tels que les navires de la marine marchande ou militaires qui veulent mouiller en pleine mer.

Le cordage

Le matériau à privilégier est le polyamide car très résistant à l’abrasion et à la rupture et d’une grande élasticité (environ 20%), élasticité très recherchée dans une ligne de mouillage. Sa longueur correspond en général à 5 fois la longueur du bateau avec un minium de 30 mètres de cordage et un diamètre adapté au poids de votre bateau (Cf grille ‘conseil’ Plastimo).

La chaîne

Dans le cas d’une ligne cordage+chaîne, la longueur de chaîne est équivalente à celle du bateau avec un minimum de 8 mètres. Il faut adapter le diamètre des maillons de chaîne au poids de votre bateau (Cf grille ‘conseil’ Plastimo).

Manilles et émerillons

Il faut privilégier l’acier galvanisé qui est plus souple et moins cassant que l’Inox, en cas de déformation.

Grille ‘conseils’ Plastimo :

 

Dimensions-ligne-mouillage

Suite à venir (…)

Vous aimerez aussi :

Partagez cet article

5 commentaires

  • Par Yann Solo, 05/10/2011 @ 21 h 04 min

    Bonne base d’article. J’apprend plein de chose, cependant je suis en désaccord sur la longueur de chaîne qui ne me semble pas suffisante. Peut être est ce que je raisonne trop en navigation hauturière. Je vais avoir un cata et tous ceux qui en ont et qui navigue au long court c’est entre 30m et 50 m de chaine plus bout.

  • Par Maircury, 08/10/2011 @ 13 h 38 min

    Oui biensûr pour un voilier ou un catamaran, il faut sur-dimensionner.
    Le poids, la prise au vent, la prise au courant du bateau et l’état de la mer demande d’avoir une chaîne plus grande pour amortir d’avantage.
    Attention cependant aux fonds de type vase : le poids de la chaîne peut s’enfoncer et perdre de son intérêt.

  • Par Alves, 01/02/2013 @ 12 h 36 min

    Pourquoi l’ancre flottante permet-elle de faciliter la dérive due aux courants? Dans quel but?

  • Par JS, 02/08/2013 @ 11 h 20 min

    Vous pourriez éventuellement ajouter qu’il n’est pas très bon de mouiller dans les herbiers (vous indiquez les types d’ancre permettant de le faire), ou d’autres types de fond non sableux, qui sont endommagés par le mouillage, par l’ancre elle-même ou par le ragage de la chaîne. En Méditerranée, la posidonie, qui constitue la plus grande part des herbiers, est une espèce très importante pour les écosystèmes. Espèce protégée en France.

  • Par Sevestre, 21/08/2013 @ 15 h 37 min

    Bonjour, pourriez-vous rentrer en contact avec moi ? Vous avez par deux fois effacé mon commentaire. Cordialement,
    JS

Autres liens vers cet article

Laisser un commentaire

*

Pecheur.com-250x250
Site web Le Bon Leurre

En images